Lorsque vous contractez une assurance habitation, vous pensez avant toute chose aux sinistres qui pourraient abîmer ou détruire le logement, votre mobilier et vos objets de valeur. Mais qu’en est-il du vol ? Quelles sont les garanties incluses dans les contrats d’assurance multirisque habitation contre les cambriolages ? À quelle hauteur pouvez-vous être indemnisé ? Comment être protégé au mieux contre les larcins ?

Que couvre une assurance habitation en cas de vol ?

Lorsque vous souscrivez un contrat d’assurance MRH, les différents types de vols qui sont couverts et donnent droit à une indemnisation sont énumérés clairement. Le plus souvent, une assurance habitation multirisque prend en compte les vols :

  • Par effraction ;
  • Par escalade de l’habitation (en passant par le toit, le balcon, etc.) ;
  • Suite à des menaces, des violences ou une tentative de meurtre à l’encontre des personnes qui se trouvent dans le logement ;
  • Commis par le personnel de maison de l’assuré, mais uniquement si celui-ci porte plainte ;
  • Et en fonction des contrats : à la suite de l’entrée clandestine d’un cambrioleur (profitant d’un moment d’inattention de l’occupant) ou d’une entrée non désirée sans effraction (grâce à une clé volée ou contrefaite, au crochetage de la serrure, etc.).

Les autres cas ne sont pas garantis de base, voire jamais garantis quel que soit le montant du contrat d’assurance. Par exemple, une assurance MHR ne couvre pas les vols commis par des membres de la famille ou par des personnes tierces mais avec la complicité de ceux-ci.

L’étendue de la garantie vol et de l’indemnisation dépend du contrat passé avec l’assureur. Par exemple, l’assurance habitation Maaf couvre le vol dans tous les cas, mais propose des indemnisations différentes selon le type de contrat (initial, classique ou intégral).

Assurance habitation multirisque

Quels biens sont concernés par une assurance MRH ?

La garantie vol de votre contrat d’assurance habitation porte en général sur :

  • Tout ce qui est considéré comme mobilier : les meubles, le linge, les vêtements, les appareils ménagers, électriques ou électroniques, etc. ; les objets qui ont été loués, ou qui vous ont été confiés, sont également couverts contre le vol d’habitation pour un montant plafonné ;
  • Les objets précieux et de valeur : bijoux, pierres précieuses, métaux précieux, objets d’art et de luxe (tapis, tableaux, fourrures, livres rares, statues, bibelots), et tout objet de grande valeur unitaire constituant un ensemble d’un montant déterminé à l’avance par contrat ;
  • Les objets « sensibles » : de plus en plus de contrats d’assurance MRH utilisent ce terme qui désigne des objets de valeur convoités par les cambrioleurs dont la valeur unitaire peut être importante, par exemple une télévision, un home cinéma, un ordinateur, du matériel photographique, etc. ;
  • L’argent et les valeurs : ceux-ci sont en général garantis pour un montant maximum et seulement s’ils sont protégés de la façon adéquate (dans un meuble fermé, dans un coffre-fort, etc.).

En dehors de ces couvertures classiques, vous pouvez tout à fait négocier avec votre assureur l’intégration d’objets plus insolites ou demander la prise en charge de dégâts collatéraux suite à un cambriolage. Par exemple, si un voleur a cassé ou déchiré des objets et du mobilier pendant sa visite, ou si vous désirez assurer contre le vol un aquarium qui vous est particulièrement précieux, etc. Plus de détails ici.

Assurance habitation en cas de vol

Comment s’assurer d’être indemnisé ?

Même si vous avez souscrit une assurance MRH avec une garantie solide contre le vol, il faut vous encore respecter un certain nombre de conditions pour assurer votre indemnisation. C’est ce qu’on appelle les clauses particulières, et elles impliquent que vous connaissiez bien votre contrat d’assurance habitation (à lire sur cette page).

Sachez notamment qu’il vous appartient, en cas de cambriolage, d’apporter la preuve de l’effraction et de démontrer que toutes les protections étaient mises en place pour éviter le vol. Ainsi, si votre contrat stipule que votre porte doit être fermée avec trois verrous, et que vous en aviez laissé un ouvert avant que le cambriolage n’ait lieu, votre assureur pourrait refuser de vous indemniser au prétexte que les clauses particulières n’ont pas été respectées.

Votre assurance MRH peut également vous contraindre à respecter des normes de sécurité spécifiques.

Les moyens de protection contre le vol d’habitation

Dans certains cas, votre assureur peut exiger la mise en place de moyens de protection contre le vol d’habitation, par exemple si vous souscrivez une assurance MRH intégrale, si vous possédez des biens d’une grande valeur, ou encore si vous avez subi des cambriolages à répétition. En échange d’une garantie vol, l’assureur peut ainsi vous demander :

  • D’équiper les portes d’accès au logement de deux ou trois verrous ;
  • De protéger les fenêtres accessibles aisément, par exemple avec des barreaux (rez-de-chaussée, étage donnant sur un balcon) ;
  • D’installer une porte blindée à l’entrée ;
  • D’installer un système d’alarme ou tout autre système de détection des intrusions.

Ces moyens de protection renforcés peuvent également être exigés en cas d’absence prolongée du propriétaire (la durée de cette « absence prolongée » étant définie par contrat : par exemple plus de quarante ou de quatre-vingt-dix jours, une ou plusieurs fois dans une même année).

Dans tous les cas, si vous êtes victime d’un vol d’habitation, vous devez d’abord le déclarer par le biais d’une plainte déposée en commissariat, et ensuite contacter votre assureur en lui joignant le récépissé du dépôt de plainte, par lettre recommandée avec accusée de réception, en respectant un délai (en général : deux jours ouvrés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Post Navigation