Près de deux Français sur trois ont des difficultés financières. Un chiffre alarmant qui néanmoins, prouve bien que les statistiques n'ont pas d'autre réel intérêt que celui de faire mousser le gouvernement. François Hollande se vantait récemment d'une hausse du pouvoir d'achat des classes moyennes, la preuve en est qu'il avait tort.

Les chiffres seuls montrent en effet une augmentation du pouvoir d'achat de 1% depuis 2007, mais les faits sur le terrain sont tout autres. En effet, tout est basé sur une moyenne. Hors, tous les Français ne sont pas dans cette fameuse moyenne. Le salaire médian (et non pas le salaire moyen) a lui, bien baissé depuis le début de la crise, de près de 50 euros. De plus ces chiffres ne tiennent pas compte des impôts et de tous les autres prélèvements fiscaux. Ces derniers ayant considérablement augmenté, le salaire médian est donc bien loin d'être en hausse.

Les plus pauvres souffrent de plus en plus, les écarts se creusent

Comme expliqué précédemment, la moyenne du pouvoir d'achat des Français n'a peut-être pas baissé, mais les plus pauvres ont nettement ressenti la différence. Comme c'est le cas à chaque fois qu'un changement majeur apparaît dans un écosystème économique, les écarts se creusent.

Les moins aisés dépensent la moitié de leurs salaires dans leur logement, alors que les plus aisés n'en dépensent même pas le tiers. Une différence notable qui pousse les classes moyennes à devoir choisir entre loisirs ou vacances, les deux n'étant plus accessibles financièrement.

Pour s'en sortir et garder une vie stable, certains ménages s'essayent au travail temporaire et à l'intérim. Une solution temporaire, certes, mais qui permet de garder quelques loisirs en parallèle du travail. Malgré une résistance plutôt tenace des revenus en France, en comparaison à l'Espagne, à l'Italie ou même à la Grande-Bretagne, la majorité des classes moyennes est considérée comme "étant dans une phase de dépression majeure".

Des initiatives entrepreunariales font surface

Tous les Français n'acceptent pas leur destin avec la même morosité et le même attentisme. De plus en plus de demandeurs d'emplois se lancent dans la création d'une SARL. Une aventure semée d'embûches, toutefois soutenue par le gouvernement.

En effet, Pôle Emploi a récemment annoncé que les profils les plus intéressants pour la création de société seraient accompagnés pour lancer leur propre business. Une initiative intéressante, qu'il faudra suivre de très près. Soufflé ou réel progrès ? Réponse dans quelques mois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Post Navigation