Pourquoi faire appel à un cabinet d’expertise comptable lorsque l’on veut créer sa société ?

Pourquoi faire appel à un cabinet d’expertise comptable lorsque l’on veut créer sa société ?

01/06/2021 Non Par Monica

Tous ceux qui ont un projet d’entreprise doivent accomplir diverses formalités administratives et juridiques. L’opération peut être longue et fastidieuse. Pour vous accompagner dans votre démarche, l’assistance d’un cabinet d’expertise comptable peut être d’une grande aide. À la différence d’un comptable qui travaille au sein d’une société, ce professionnel exerce son métier de manière totalement indépendante. En plus, il est inscrit au registre d’un Ordre professionnel. En quoi son intervention est-elle nécessaire dans la création d’entreprises.

Les rôles d’un cabinet d’expert-comptable dans un projet de création d’entreprises

Le travail de ce professionnel va au-delà du simple établissement des comptes d’une société. Il peut conseiller les décisionnaires en matière juridique, comptables, fiscale, sociale et même patrimoniale. Les créateurs d’entreprises peuvent également faire appel à leur service pour les accompagner dans toutes démarches nécessaires.

Aider et conseiller les créateurs d’entreprises à opter pour un statut juridique

Cette opération peut être complexe surtout pour les néophytes. Les questions juridiques et fiscales ainsi que les choix qui s’offrent aux créateurs d’entreprises sont parfois difficiles à cerner. On ne peut pas appliquer à toutes les sociétés les mêmes formes juridiques étant donné que chacune d’entre elles a des activités différentes. L’intervention d’un cabinet d’expertise comptable peut être requise si vous voulez faire le bon choix. Il pourra vous guider et vous orienter vers le statut qui convient le mieux à votre projet.

Les différentes formes juridiques d’une société

Les créateurs d’entreprises ont le choix entre plusieurs formes de société. Ils devront la sélectionner en tenant compte de plusieurs paramètres à savoir :

  • L’activité,
  • Le type de projet,
  • Le nombre d’associés.

Ceux qui veulent se lancer seuls dans un tel projet peuvent opter pour la forme d’une entreprise individuelle. Ils pourront aussi créer une EIRL, une EURL ou encore une SASU.

Lorsqu’il y a plusieurs associés, les entrepreneurs devront choisir une société à caractère pluripersonnel. L’entreprise devra alors être constituée soit :

  • En SARL,
  • En SAS (société par actions simplifiées),
  • En SA,
  • En société civile,
  • En SNC,
  • En SCA (société en commandite par actions) ou en SCS (société en commandite simple).

Orienter le porteur de projet dans le choix de son statut social

Un cabinet d’expertise comptable peut aider les créateurs de sociétés à sélectionner le statut social le mieux adapté à sa situation. Un chef d’entreprise peut être un TNS (travailleur non salarié) ou un dirigeant assimilé salarié. Sa détermination se fera en fonction de la forme juridique de la compagnie et des parts détenues par les associés dans cette dernière.

Dans la pratique, sont considérés comme des dirigeants assimilés salariés :

  • Les gérants qui ne sont pas associés dans une EURL,
  • Les gérants égalitaires ou minoritaires dans une SARL,
  • Les PDG, les directeurs généraux, les présidents de conseil d’administration d’une société anonyme.

D’un autre côté, les chefs d’entreprises qui jouissent d’un statut de travailleur non salarié ou TNS sont entre autres :

  • Les associés d’une société en nom collectif,
  • Les associés gérants d’une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée,
  • Les entrepreneurs individuels ou encore,
  • Les gérants majoritaires de SARL.